Les Chantiers

Depuis plusieurs années, les établissements de l’AILE (Association Ignace de Loyola Education, réseau des institutions scolaires françaises sous tutelle de la Compagnie de Jésus) ont entrepris 3 grands chantiers

Le premier concerne les caractéristiques d’un établissement jésuite :

A la suite de nombreux travaux de ce type en divers pays et à diverses époques, les membres de l’AILE ont voulu ré-exprimer en termes contemporains les traits fondamentaux qui caractérisent un établissement d’inspiration pédagogique jésuite.

Ce grand chantier de réflexion, célébré au cours du rassemblement de mai 2009 à Lourdes, a abouti à la promulgation d’un texte en novembre 2010.

Depuis, chaque établissement l’utilise comme référence pour relire et évaluer son projet pédagogique et ses pratiques.

Le deuxième concerne le projet d’animation pastorale.

Travaillé dans tout le réseau entre 2011 et 2012, le texte a finalement été adopté au cours du 2ème rassemblement à Lourdes, en octobre 2012.

Développant le paragraphe des caractéristiques d’un établissement jésuite relatif à la pastorale, il donne des axes et des critères concrets pour déployer un projet pastoral cohérent et fidèle à la spiritualité ignatienne au sein de nos institutions.

Il inspire désormais chaque établissement pour orienter ses choix en matière de vie pastorale.

Le troisième chantier, lancé plus spécialement depuis 2012, concerne ‘la jeunesse défavorisée’ :

Comment nos institutions peuvent-elles s’ouvrir davantage à des publics en difficulté, pour leur offrir de meilleures chances de réussite humaine et scolaire ?

Aucun texte particulier n’est attendu de ce chantier, mais plutôt une réflexion approfondie sur la jeunesse défavorisée qui nous entoure (à commencer par l’élaboration de critères pour savoir de quoi il s’agit ! Les pauvretés sont très diverses, et les difficultés qui entravent les jeunes dans leur scolarité sont de natures très variées), et sur les initiatives que nous prenons déjà, et pouvons prendre davantage à l’avenir, pour leur tendre la main : que ce soit en accueillant au sein de nos structures existantes des publics moins favorisés, en créant des structures plus adaptées à ces divers publics, en devant partenaires de structures existantes etc…

Les façons de s’impliquer vis-à-vis des jeunes en difficulté sont variées ! Nous en vivons déjà beaucoup au centre Saint Marc, et de bien des manières ; mais il y a sans doute encore place pour plus de créativité et de générosité… La réflexion avec les autres membres du réseau est à cet égard source d’émulation.